Région en chiffres

Découpage Administratif

Région en chiffres

Préfecture Agadir Ida Outanane

L’accueillante

agadir-idaoutanane

Située au Nord-Ouest de la région, la préfecture d’Agadir-Ida Outanane s’étale sur une superficie de 2 297 Km2, elle est répartie en 13 communes (1 urbaines et 12 rurales). Sa population de 498 000 habitants lui fait occuper le rang de deuxième densité régionale (217 habitant par Km²).

Composée de plages, dont celle d’Agadir, tapissée de sable fin et doré, la plus belle du pays, de falaises, de collines et de plaines, son relief est hétéroclite. Parfaitement équipée, la préfecture possède un aéroport international, point de départ d’excursions vers les contrées de la région aux magnifiques paysages, ainsi qu’un port de pêche, premier au Maroc en terme d’importance et un port de commerce qui répondent aux standards de qualité internationaux.
Les secteurs principaux d’activité sont le tourisme, la pêche, l’agroalimentaire (transformation et mise en concerves, conditionnement, huile d’Argane…)
La ville d’Agadir est surtout réputée pour son cachet touristique omniprésent, habité par une population accueillante à majorité berbère, issue de la grande tribu de souss.
Cette ville est dotée des plus grands complexes touristiques de la région. Véritable havre de paix, elle est le point de départ d’excursions vers les zones touristiques avoisinante.

Préfecture Inezgane Ait Melloul

La dynamique

inezgane-ait-melloul

La plus petite, parmi les préfectures et provinces de la région, en terme de superficie avec ses 293 Km2 et de nombre de communes, 3 rurales et 3 urbaines, elle n’en reste pas moins active, que cela soit pas sa population de 302.000 habitants,avec une densité de 1.031 habitants par Km², que par ses commerces abondants.
Essentiellement urbaine, la préfecture possède deux grandes villes : lnezgane et Aït Melloul. lnezgane est connue pour son commerce prolifique (grossistes et magasins de détail) et Aït-Melloul, longée par sa zone industrielle, pour ses activités liés à l’agriculture, qui font sa notoriété (agroalimentaire, stations d’emballage des agrumes et primeurs, conserveries, matériel agricole, engrais et produits phytosanitaires…).
Cette densité fait de cette préfecture une plaque tournante en terme d’acheminement des biens et services vers les autres provinces du pays et vers l’étranger (Union Européenne, Amérique du Nord, Russie…), de par les échanges de biens et services importés (pièces détachées, bois…) et exportés (conserves, agrumes et primeurs emballés…).
Les autres communes sont Temsia et Oulad Dahou, à vocation agricole, ainsi que Dcheira et El Kolea, bien plus populaires, à vocation commerciale.

Province Chtouka Ait Baha

La généreuse

shtoukaProvince rurale de 431.000 habitants, elle se compose de 2 communes urbaines et 20 communes rurales. Sa plus grande ville est Biougra. La façade de 42 km donnant sur l’océan atlantique, regorge de fonds potentiels d’investissement jusque là inexploités.
Chtouka-Aït baha possède 90.175 ha de forêts, dont 83.830 ha d’arganiers. Bassin d’agriculture, telle est la caractéristique majeure de cette province, avec ses 3.523 km2 de terres fertiles, elle est considérée comme le centre agricole de la région. L’économie de la province se base sur l’activité irriguée (barrage Youssef ben Tachfine) avec une superficie irriguée, en plaine de Massa, de 19.200 ha.
Les tomates de Chtouka – Aït baha et les agrumes de qualité supérieure, sont le résultat d’une agriculture moderne qui n’a cessé de s’imposer sur le plan international durant les dix dernières années.
Exportatrice vers l’Union Européenne, l’Amérique du Nord et la Russie entre autres, la province dispose de stations d’emballage de primeurs. Elle est la 1ère au Maroc à posséder une bourse des primeurs, qui s’étend sur 17 ha.
Elle regorge pourtant d’un patrimoine qui mérite d’être connu. Les lgoudar (greniers en berbère), les kasbahs, les murailles des villages anciens et les moussems (festivals), dont celui de Sidi- Bibi, montrent toute la magie de la culture et du folklore berbère. Massa possède également une réserve protégée de 33.800 ha avec ses oiseaux magnifiques.

Située au Nord-Ouest de la région, la préfecture d’Agadir-Ida Outanane s’étale sur une superficie de 2 297 Km2, elle est répartie en 13 communes (1 urbaines et 12 rurales). Sa population de 498 000 habitants lui fait occuper le rang de deuxième densité régionale (217 habitant par Km²).

Composée de plages, dont celle d’Agadir, tapissée de sable fin et doré, la plus belle du pays, de falaises, de collines et de plaines, son relief est hétéroclite. Parfaitement équipée, la préfecture possède un aéroport international, point de départ d’excursions vers les contrées de la région aux magnifiques paysages, ainsi qu’un port de pêche, premier au Maroc en terme d’importance et un port de commerce qui répondent aux standards de qualité internationaux.
Les secteurs principaux d’activité sont le tourisme, la pêche, l’agroalimentaire (transformation et mise en concerves, conditionnement, huile d’Argane…)
La ville d’Agadir est surtout réputée pour son cachet touristique omniprésent, habité par une population accueillante à majorité berbère, issue de la grande tribu de souss.
Cette ville est dotée des plus grands complexes touristiques de la région. Véritable havre de paix, elle est le point de départ d’excursions vers les zones touristiques avoisinante.

Province Tiznit

L’enchanteresse

 

tiznit

Située au Sud – Ouest de Souss Massa Drâa, la province de Tiznit, avec ses 8.214 km², à vue sur l’océan, les montagnes de l’Anti-Atlas et sur les plaines. Elle est répartie en 4 communes urbaines et 40 rurales et compte 786.000 habitants.
L’olive, l’amande et la menthe lui donnent sa notoriété. La pêche, avec son vivier de savoureux poissons, bénéficie de structures d’accueil du port de Sidi Ifni, avec sa capacité de stockage de poissons de 60.000 tonnes et des sites Jbel Sidi boulfdail, Erkount, Gourirem et Aglou. Tiznit est également célèbre pour son commerce de gros et de détail, dont la réputation de sérieux et de professionnalisme de ses marchands est réputée à travers tout le Royaume. Un autre palmarès de la prestige figurant dans le palmarès de la province est son artisanat avec ses maîtres, véritables artistes en bijouterie, couture, tapisserie, poterie, le travail des babouches.
La province est la destination touristique incontournable, aux portes du désert et à 90 km de l’aéroport international Al-Massira, avec la belle Tiznit, les sommets de Tafraout les gravures rupestres de Tazekka, les oasis, les vallées luxuriantes, dont celle de Aït- Mansour, les plaines fleuries, de havre de paix avec vue sur mer pour les fans de caravaning de Mirleft et les montagnes. Tafraout, perchée à 1.200 m d’altitude, est un véritable spectacle naturel avec ses énormes blocs de Granite rose et sa splendide flore.

Province Taroudant

La prestigieuse

taroudant

 

La Troisième plus grande province de Souss Massa Drâa, avec ses 16 500 Km², et composée à 40% de plaines fertiles. Le reste de ses divers reliefs est constitué de montagnes et de forêts d’arganiers, de chênes verts et de thuyas. Elle est découpée en 7 communes urbaines et 82 communes rurales.
Sa population de 504 000 habitants est à majorité rurale. Taroudant et Ouled Teima ses deux plus grandes villes. La densité régionale est de 31 habitant par Km².
L’activité économique de cette province se manifeste principalement autour de l’agriculture, du tourisme et de l’artisanat. En effet, son agriculture est caractérisée par la production d’agrumes, d’olives, d’huile d’argan, de fourrages, de roses… Parallèlement, une industrie liée à ce type d’agriculture s’est développée, notamment l’exploitation de stations d’emballage, qui naissent chaque année dans cette province, permettant le conditionnement de produits, afin de les acheminer vers les marchés nationaux et internationaux.
Le tourisme et l’artisanat sont également en croissance, plusieurs projets d’investissement dans ces secteurs voient le jour. Les remparts couleur cuivre du 16ème siècle, imposant de beauté, au son de frémissement des palmiers donnent à la cité de Taroudant sa douceur et son charme incomparable. Les Kasbahs de Taliouine et d’Ighil N’oughou, les paysages magnifiques de Tiout et bien d’autres trésors touristiques font la force de la province.

Province Tata

L’authentique

tata

L’appellation ancienne – Région du SOUSS ALAQCA – lointaine, englobe le commandement de Tata qui a été créé en tant que province en 1977. Espace très vaste, traversé d’une multitude de massifs montagneux et d’oueds, relié par une constellation de palmeraies et d’oasis, son évocation, d’après notre madeleine Proustienne, fait jaillir un certain nombre d’associations spontanées, particulièrement : Espace occupé depuis longtemps par l’homme comme le montrent les sites recélant des gravures rupestres aux environs d’Akka et d’Imitek ; Un passage obligé, de par sa situation géographique, et une plaque tournante du commerce transsaharien reliant le Nord du Maroc et l’Afrique subsaharienne.

Une terre de brassage de diverses affluences civilisationnelles et culturelles, comme en témoignent les traditions ethniques berbères, africaines, arabes et juives, ce qui lui confère le statut de melting-pot incontesté et de garant de maintien des valeurs de cohabitation, d’ouverture sur autrui et de tolérance.

Le rôle joué par la région de Tata ou Bani depuis la construction, sous le règne de la dynastie Idrisside, de la ville de Tamdoult ou Akka pour prêcher les valeurs nobles et les connaissances transcendantales de l’islam et la diffusion de l’arabe, et puis l’irruption des marabouts des saints soufis dès le 16ème siècle au temps des Saadiens tels que «Sidi Mohamed ben Yaacoub», «Sidi Abdallah ben M’barek al Akkaoui» et «Sidi Mohamed Ibn Brahim
Tamanarti». Autant de facettes et de contributions dans la gibecière de ce lieu qui représente un excellent exemple de ces zones qui recèlent une densité considérable en termes de ressources patrimoniales et culturelles reparties entre cimes et vallées, entre montagnes et désert comme le souligne l’ouvrage publié par le Ministère de la Culture et intitulé « de Foum Zguid à Fam el Hisn ».

Partant de ce constat partial et partiel de ce «landscape», vaste territoire, la mission des acteurs locaux s’avère rude et exige une grande synergie et d’intenses efforts pour répondre pleinement aux aspirations de la population, mais aussi en matière de développement durable qui doit aller de pair avec les impératifs écologiques, les spécificités culturelles et les besoins pressants des habitants en matière d’amélioration de leurs conditions de vie et de leur fixation.

La nouvelle intégration à la Région Souss Massa avec Agadir, dans le cadre de la régionalisation avancée, remet la Province de Tata en cohérence avec l’ensemble géographique homogène de l’Anti-Atlas occidental, en offrant tout le complément de ses particularités et potentialités.